Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Invictus

Publié le par luluninette

Invictus

L’' histoire:

Comment Mandela va gérer le trouble dans son pays au lendemain de son élection en véhiculant un message de tolérance et d’espoir à travers son équipe de rugby et son capitaine.

 

Invictus

Mon avis :

Le grand Clint nous offre ici un très beau film, embarquant, au message fédérateur, positif, plein de force grâce à la réunion en tête d’affiche de Morgan Freeman et Matt Damon métamorphosés pour leurs rôles. La musique de Kyle Eastwood est une petite merveille. On sort de salle avec le sourire et ça fait du bien, tout simplement !

Le poème “Invictus” de William Ernest Henley inspirant Mandela est convainquant :

Invictus (Original)

Out of the night that covers me,
Black as the pit from pole to pole,
I thank whatever gods may be
For my unconquerable soul.
In the fell clutch of circumstance
I have not winced nor cried aloud.
Under the bludgeonings of chance
My head is bloody, but unbow'd.
Beyond this place of wrath and tears
Looms but the Horror of the shade,
And yet the menace of the years
Finds and shall find me unafraid.
It matters not how strait the gate,
How charged with punishments the scroll,
I am the master of my fate:
I am the captain of my soul.

Invictus (Traduction littérale)

Depuis l'obscurité qui m'envahit,
Noire comme le royaume de l'enfer,
Je remercie les dieux quels qu'ils soient
Pour mon âme indomptable.
Dans l'étreinte féroce des circonstances,
Je n'ai ni bronché ni pleuré
Sous les coups de l'adversité.
Mon esprit est ensanglanté mais inflexible.
Au-delà de ce monde de colère et de larmes,
Ne se profile que l'horreur de la nuit.
Et pourtant face à la grande menace
Je me trouve et je reste sans peur.
Peu importe combien le voyage sera dur,
Et combien la liste des châtiments sera lourde,
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme

Source Poème et traductions : Wikipédia

Publié dans Cinéma

Partager cet article

Repost0

Bright Star

Publié le par luluninette

de Jane Campion

Bright Star

L'histoire :

La relation contrariée de Fanny Brawne et du poète romantique anglais John Keats décédé prématurément de la tuberculose à l'âge de 25 ans en 1821.

Bright Star

Mon Avis:

Attention, énorme coup de coeur. Mon petit bonheur cinématographique de ce début d'année. On ressort sous le charme de cette parenthèse enchantée pleine de délicatesse qui donne l'occasion d’en connaître un auteur méritant, qui n'est pas forcément bien connu du grand public. J'ai découvert ici même Keats grâce à Jane Campion et compte bien en savoir plus sur cet auteur qui avait un vrai talent pour jouer avec la musicalité des mots. Il faut dire de l'accent cockney de Abby Cornish et Ben Whishaw (Deux noms à retenir et à suivre, et plus particulièrement celui de Whishaw, cet acteur est un vrai petit génie, qui, depuis Le Parfum se fraye une réputation sûre et solide, irréprochable dans la haletante mini-série Criminal Justice diffusée l'été dernier sur Canal +) rajoute aussi du sel à la VO. Jane Campion réussit à recréer un espace temps dans lequel le spectateur se bien, c'est à dire, la propriété des Brawne. On aime les scènes ou Brown, Brawne et Keats expriment leurs différents. Le point de vue de Jane Campion, focalisé sur le personnage de Fanny est certes intéressant, mais connait  un certain revers de médaille pour ceux qui cherchent à connaître l'auteur. Les allusions à son enfance et à sa période italienne sont trop brèves, même si l'accent est mis sur la magnifique correspondance entre les deux amoureux. Les toilettes, les paysages, les décors, la scène de capture de papillons, les échanges de lettres sont sublimes. Les amoureux des mots seront conquis. Whishaw interprète avec raison un Keats fin, lumineux, gracieux, facétieux, drôle, à l'image de la ballade chaperonnée par le frère et la soeur de Fanny, ou du repas qui à lieu à la Noël et moins sombre que l'on aurait pu le penser. Abby Cornish est forte de son naturel, qui fait plaisir en comparaison d'autres actrices ravagées par les coups de bistouris. On aime le côté académique, soigné et peaufiné, noble de ce film tout en souhaitant revoir Whishaw reprendre son rôle dans une version ou la vie de Keats serait plus détaillée.

Bright Star

Ben Whishaw

John Keats

"La Beauté est Vérité, la Vérité Beauté. - C'est tout ce que l'on sait sur terre, - Et c'est tout ce qu'il faut savoir."

Ode sur une Urne grecque , John Keats

La Bande Annonce Française de Bright Star :

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Rétrospective 2009 de janvier à juin

Publié le par luluninette

Les films que j'ai vu :

en janvier:

Slumdog Millionaire

  • Twilight Chapitre 1 Fascination : Le phénomène de l’année !!!! Comment mieux le résumer !
  • De l’autre côté du lit: Sophie Marceau et Dany Boon charmants, mais cette comédie manque d’une vraie originalité pour la faire sortir du lot.
  • Et Après: Ce film séduit, vraiment avec l’excellente idée de réunir à l’affiche Evangeline Lily de Lost et notre frenchy Romain Duris , en couple improbable mais bien trouvé. Une bonne surprise !
  • Slumdog Millionaire: Avec un scénario bien construit et des acteurs lumineux, Boyle a réussi une vraie petite perle vraiment touchante ! Qui l’eu cru ?
  • Sept vies: Un Will Smith vu comme jamais. Sans fards, il réussit définitivement à faire oublier son étiquette de comique grâce à ce film.
  • Noces rebelles: Un des films les plus poignants de 2009 ! Je ne m’attendais pas à un tel drame avant d’aller le voir ; terrible.
  • Yes Man : La dose de positivisme de 2009. Je considère ici Deschanel dans son premier vrai rôle , elle y est bluffante et pleine de peps. Un film indispensable dans ces temps de crise.
  • Coeur d’encre: J’ai aimé le fait que ce film puisse donner envie de lire aux plus jeune. Une promotion de la Lecture vraiment interessante. A faire découvrir.

- en février:

L'Etrange histoire de Benjamin Button

  • L’ étrange histoire de Benjamin Button : Un moment de poésie avec une Cate Blanchett et un Brad Pitt bien différents de leurs uises et coutumes. Le rajeunissement de Brad Pitt y est plus surprenant que son vieillissement.
  • Lol : Pour le plaisir de retrouver Sophie Marceau dans un film enfin digne d’une suite aux cultissimes  La Boum 1 et 2.
  • Ce que pensent les hommes: Pour son casting sympathique, quoi que finalement relativement plat du point de vu de l'intrigue.
  • Meilleures ennemies: Pour voir Kate Hudson (extra dans “Presque Célèbre”) et Anne Hathaway (Le Diable s’habille en Prada) s’amuser à se crêper le chignon. On adore !
  • The Wrestler: Le face à face de Mickey Rourke et de Rachel Evan Woods (“Seconde Chance”) était intriguant. Rourke se sert de son passif perso pour son rôle et on le voit sous un jour nouveau, et le résultat en vaut la chandelle.

-en mars :

Harvey Milk

  • Harvey Milk : Sean Penn dans un second état de grâce après “Into the Wild”. Impossible de faire l’impasse dessus.
  • Watchmen : Un film de super héros plus subtil qu’il n’y paraît. N’ai pas tout saisi car je n’étais pas tout le temps dedans; ferai un visionnage de rattrapage.
  • Marley et moi : J’ai adoré le fait que l’on transpose la vie d’un chien en chroniques, un bel hommage au plus fidèle ami de l’homme, parce qu’il le vaut bien. De l’émotion sans niaiserie.
  • Last Chance for love: Hoffman et Tompson réunis, on y va tête baissé, et sans regrets. Un bon moment.
  • Welcome : authentique, bouleversant, tout simplement avec ses personnages attachants.
  • L’enquête- The International : Ennuyant, à regret.
  • Unborn: Etonnamment efficace.
  • Une nuit à New-York: Adorable bluette dans la lignée de “Juno” avec une BO très bien adaptée. Têtes d’affiche impeccables.
  • La journée de la jupe: Pour le retour en force d’Adjani avec ce film coups de poings. Marquant !
  • Le Chihuahua de Beverly Hills : Par amour pour cette race de chien exclusivement, bon pour le moral.
  • Duplicity : Ma 2ème déception de 2009. Ai-je un problème avec Clive Owen ???? Scénario trop tordu.

-en avril :

Incognito

  • Prédictions : Scénario catastrophe, vraiment morbide par moment mais bon choix de casting avec Rose Byrne. Remarquable Lara Robinson.
  • Fast and Furious 4 : L’histoire de se détendre les neurones. Et puis le fait de réunir à nouveau Vin Diesel et Paul Walker fait son petit effet.
  • Wendy et Lucy: Même si le film est un peu creux, je tiens la chandelle à Michelle Williams qui réussi ici un exercice de style bien difficile !
  • Un été italien: Séduite par les décors italiens idylliques et qui servent à souhait ce drame poignant. Puisqu’en plus il y a Colin Firth ….
  • Coco Chanel : Pour la grande adresse d’Audrey Tautou dans cette fresque qui même si académique elle est, elle n’en n’est pas moins remarquable.
  • 17 ans encore : Pour ses références aux grandes sagas hollywoodiennes comme “La Trilogie du Seigneur des Anneaux” ; Le retour de Matthew Perry sur la bonne voie. Zac Efron qui prend ses aises en s”élognant de High School Musical.
  • X-Men Origins : Wolverine : Ressusciter  une franchise en développant comme il le faut un de ses personnages principaux. Le bon tuyau !
  • Incognito : Pour une très jolie connivence entre comédiens ! Clin d’oeil a Quiverin qui nous a tragiquement quittés il y a peu et dont j’appréciais beaucoup le parcours depuis “Rastignac ou les ambitieux”. RIP

- en mai:

Millénium, le film

  • Star Treck : Sans aimer la série j’ai été littéralement conquise par cette adaptation sur grand écran. Abrams fait preuve ici d’une grande application  qu’il faut saluer bien bas.
  • Anges et Demons : Efficace pour les amateurs de Brown et Langdon, on adore détester Ewan Mcgrégor dans son rôle, mais il manque le petit plus qui ferait que le film sorte du lot…
  • Millenium, Le film : Un de mes favoris de 2009. Suivre la résolution de l’enquête est un plaisir, (on va de rebondissements en rebondissement on adore les personnages de Blomkvist et Lisbeth, leurs interprêtes (Nyqvist - magistral dans As it is Heaven - et Noomi Rapace dont la métamorphose est stupéfiante) sont la crème du cinéma suédois. On veut, on réclame la suite, de suite . Par bonheur Canal plus a acheté les droits de diffusion de la série du film. L’occasion de découvrir Stieg Larsson, son auteur, disparu en 2005 et qui laisse là un bien précieux héritage. Digne d’un nouveau James Bond.
  • Confessions d’une Accro au shopping : Un pur régal anti-crise
  • Jusqu’en Enfer: Suis sortie gênée d’avoir ri de ce film d’horreur … Très gluant … Ce film rempli bien sa liste des tâches.

- en juin:

Terminator Renaissance

  • Terminator Renaissance : En la personne de Sam Worthington (un nom à retenir) , la production a trouvé une aubaine pour succèder à Schwarzeneger et redonner enfin un nouveau souffle à sa saga qui le valait bien. On gagne énormément au change avec la finesse de son personnage qui s’inscrit dans une continuité logique et appropriée.
  • The Women : Ou une illistration des dégats de la chirurgie esthétique sur nos actrices préférées …. Rendez-nous Meg Ryan !!!! Non, sérieusement, le problème est à la base : pas très crédible Meg Ryan en femme bafouée.
  • Home:  D'utilité publique. Parce qu’on ne peu plus jouer avec notre planête.
  • Sunshine Cleaning : On ne choisit pas sa famille, mais sa vie, oui.
  • Hanté par ses ex : par nostalgie des années 80, le thème de l’adulte face à ses erreurs interpelle.
  • Transformers 2; Nostalgie des années 80 quand tu nous tiens, décidement. J’avais manqué le 1er et voulais me rattrapper. Sans regrets.
  • Very Bad Trip : Potache et sans prise de tête, parfait pour l’été.

C'est sur Very Bad Trip que s'achève ma rétro de janvier à juin. Les films de juillet à décembre 2009  suiveront.



Publié dans Cinéma

Partager cet article

Repost0

Bonne et Heureuse Année aux lecteurs de Lulu !

Publié le par luluninette

Ca y est : le cap la nouvelle année est amorcé !

Bonne Année 2010 !!!!

Milles mercis à tous les lecteurs et visiteurs de ce blog, à ceux qui laissent des commentaires et qui en cela le font vivre et me donne une raison de continuer.

2010: c'est le passage du cap des 180000 visiteurs !

Merci !!!!



Publié dans Vie du blog

Partager cet article

Repost0