Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

The Haunting of Hill House

Publié le par Lulu Cineaddict

The Haunting of Hill House

La famille Crain s'installe pour une période prévue devant durer le temps d'un été pour faire des travaux de rénovation à Hill House mais rien ne se passe comme prévu. Cette famille a la faculté de voir certaines choses . Les lieux ont une empreinte et regorgent d'histoires et de secrets. Dans la famille Crain chacun répond différemment à son don. Chez Olivia cela prend une place telle qu'elle en a des migraines qui la rendent malade. Chaque membre de la famille a son lot de souffrance et on les voit changer sur deux époques. Sur dix épisodes nous voyons évoluer Olivia, Hugh, Steven,Shirley, Theo, Luke et Nell et on peut dire que les émotions vont à foison. On passe par tous les états et ce de manière intense. Les décors sont particulièrement soignés ainsi que les effets spéciaux qui sont d'une totale réussite.

On pense à la mystérieuse dame au cou tordu mais elle est loin d'être toute seule. On a de cesse de vouloir éclaircir le fameux mystère de la pièce à la porte rouge. Les esprits des personnages sont torturés à souhait. Le développement des personnages est magistral tout comme le montage qui permet une narration d'une ampleur exceptionnelle. Le casting au complet est fantastique et parfait. Une chose est certaine c'est que cette série a réussi à nous happer comme rarement une autre série a su à le faire. On a vraiment envie d'aller plus loin dans l'intrigue. C'est jubilatoire puisqu'une deuxième saison est enfin prévue, et ce qui est très bon signe c'est que les créateurs ont pris le temps de la faire puisqu'il a fallu patienter deux ans avant une suite. Ceci est très engageant. Cette série est le vrai petit bijou de Netflix.

The Haunting of Hill House

Bande-Annonce :

Partager cet article

Repost0

Lara Jenkins

Publié le par Lulu Cineaddict

Lara Jenkins

Lara Jenkins raconte une journée bien spéciale dans la vie de son héroïne puisqu'il s'agit de la journée de son soixantième anniversaire. Le film raconte comment elle tente de joindre son fils, Viktor, parce qu'elle aimerait le voir pour discuter avec lui avant son concert du soir. Lara est une fonctionnaire à la retraite. Ses rapports avec son fils sont quelque peu tendus à cause de ses exigences mais il y a également beaucoup d'amour fraternel entre les deux qui ont une relation complexe.

Lara a un passé avec des épreuves qui ont pesé lourd dans son état psychologique. Mais ce soixantième anniversaire va être l'occasion de mettre les choses au clair. Viktor est à la fois un pianiste et un compositeur de génie. Sans doute est-elle un peu jalouse de sa réussite personnelle à laquelle elle n'a pas eu droit. Lara est à la fois odieuse et attachante et sa rencontre avec son ancien professeur de piano va bouleverser pas mal les choses. Son personnage est vraiment intéressant même si personnellement, comme on adore Tom Shilling, on aurait aimé une histoire centrée sur Viktor Jenkins. Jan-Ole Gerster a une nouvelle fois choisi le développement de l'intrigue sur une journée et ça lui réussit tout autant que dans Oh Boy qui est déjà magistral. On aime toujours autant le cinéma allemand qui nous réserve des pépites. Tom Shilling est vraiment fantastique même si on ne le voit que rarement. Les scènes mère-fils sont intenses et les scènes au piano particulièrement réussies. La musique est magnifique. On prend goût à de belles mélodies. Corinna Harfouch est franchement remarquable. On adore le fait de trouver Il jouait du piano debout de France Gall dans les musiques. Cela prend beaucoup de sens et de force après coup.

On aimerait se battre pour l'accessibilité du cinéma allemand en France qui je trouve n'est que rarement distribué et souvent en VO. J'estime que la VO dans le cas du cinéma allemand est à la fois d'une importance capitale et un désavantage pour ceux qui ne connaissent pas la langue et peut-être un frein à la découverte de l'oeuvre par un grand nombre de spectateurs et donc au succès. Lara Jenkins mérite de trouver son public au plus grand nombre. A quand une diffusion des grands succès du cinéma allemand et en français sur Netflix, par exemple ? On en rêve ! On en demande !

Copyright Frank Griebe Schiwago Film

Copyright Frank Griebe Schiwago Film

Bande-Annonce :

Partager cet article

Repost0

Dark Waters

Publié le par Lulu Cineaddict

Dark Waters

Dark Waters c'est l'histoire vraie d'un avocat, Rob Bilott qui travaille au sein d'un cabinet, Taft, spécialisé dans la défense des industries chimiques. Il va revoir ses priorités lorsqu'un voisin de sa grand-mère de Parkersburg vient le trouver et va mettre en cause un grand groupe DuPont De Nemours dans le décès de ses bêtes et la contamination des eaux et de ses terres à cause du PFOA rejeté. Une grande et longue bataille de vingt ans va être engagée pour faire reconnaître la responsabilité de DuPont à cause du téflon qui contamine encore aujourd'hui 99 pour cent de la population.

On est secoué par le film qui parle d'un problème d'utilité publique. On reconnaît bien la grandeur de l'engagement de Mark Ruffalo qui joue et produit également le film. L'homme ne déçoit pas et montre à quel point il est formidable dans son engagement pour la planète et pour les gens ! Mark Ruffalo est un grand homme et un excellent acteur qui vaut vraiment le déplacement pour ses films. Il sait choisir ses causes et mérite d'être entendu. Anne Hathaway joue un grand et beau rôle de soutien dans le film. Bill Camp est on ne peut plus touchant dans son rôle de Wilbur Tennant, combattant, malade du cancer. Ce film est un indispensable pour être informé de l'ampleur des dégâts du téflon qui est entre autres contenu dans les poêles. Todd Haynes s'est inspiré d'un article du New York Times pour livrer un grand film.

Bande-Annonce :

Partager cet article

Repost0