Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

11 articles avec cannes

Été 85

Publié le par Lulu Cineaddict

Été 85

Été 85, c’est le récit d’Alexis qui nous raconte comment son été a été bouleversé par sa rencontre avec David et comment il a été amené à voir son cadavre. C’est une histoire d’amour, d’un pacte à respecter et ses conséquences.

Un film fort, qui prend aux tripes car on est happé par le récit d’Alexis qui écrit pour se libérer comme un travail thérapeutique sur son histoire d’amour qui s’est terminée au drame. Les qualités d’écriture et de narration sont fantastiques. On adore les musiques qui font partie du souvenir collectif comme Rod Stewart et son magnifique et émouvant Sailing qu’on écoute en boucle depuis avoir vu le film avec l’album des Cure The Head On The Door en passant par le Cruel Summer des Bananarama et j’en passe. C’est un plaisir de retrouver Melvil Poupaud qui est méconnaissable dans son rôle. Isabelle Nanty a un rôle de mère adorable. François Ozon sait toucher comme personne en restant le meilleur des réalisateurs français en choisissant des thèmes forts et marquants. On attend déjà impatiemment son prochain film Tout s’est bien passé avec Sophie Marceau. Il n’est pas difficile de prédire une  carrière pleine de promesses à Benjamin Voisin et Félix Lefebvre qui montrent une grande étendue de leur talent dans ce film. Ici nous avons le meilleur film de 2020.

Bande-Annonce :

Partager cet article

Repost0

Under the silver lake

Publié le par Lulu Cineaddict

Under the silver lake

Sam n’a rien d’autre à faire qu’à passer son temps à scruter ses voisines. Un jour il fait la rencontre de Sarah mais celle-ci disparait brutalement. Elle semble avoir déménagé mais des faits étranges le poussent à mener une enquête qui va prendre une tournure inattendue. Un tueur de chiens semble sévir dans le quartier, où règne une atmosphère des plus étrange et inquiétante. 

Ce film est l’un des plus curieux que j’ai vu depuis Twin Peaks. Entre les codes dans les chansons, les baisers mortels de la chouette, les énigmes et la légende de Silver Lake. Les scènes d’éclairage de nuit sont splendides. Les scènes d’animations apportent un côté très moderne. Le film est très curieux avec une atmosphère spéciale et remplie de références cinématographiques et musicales. Le film ne manque pas de richesse. Il y a beaucoup d’hommages aux actrices. On pense un peu à Fenêtre sur cour avec la façon dont Sam scrute ses voisines. Il y a une scène de piscine à la Something's got to give. Le film est très riche et à expérimenter. Riley Keough ressemble à s’y méprendre à Sheryl Lee. On est sans cesse à la frontière du réel et de la folie avec l’impression d’être sous acide. Une vraie expérience. J’ai adoré et Andrew Garfield est impeccable dans son rôle.

Bande-Annonce :

Partager cet article

Repost0

Drive

Publié le par Lulu Cineaddict

Drive

Drive, c’est l’histoire d’un chauffeur émérite, garagiste et cascadeur dans les films à ses heures perdues. Il se retrouve impliqué dans un braquage d’un prêteur sur gages pour sauver sa voisine et son fils en danger de mort.

Ryan Gosling est parfait pour son rôle mais on a beaucoup de mal avec le côté violent du personnage même si cela est justifié par des questions de vie ou de mort, cela reste très pesant. Le personnage du chauffeur a un côté très posé et très rassurant dans la mesure où il n’utilise jamais la violence de manière gratuite et injustifiée. La violence n’est jamais acceptable. Et le film reste dur, dur. Carey Mulligan est très bien dans son rôle de mère dans le pétrin.  Le film a eu le prix de la mise en scène à Cannes en 2011 et  est particulièrement réussit dans les scènes de conduite la nuit en bénéficiant en plus d’une musique très agréable tout du long. Cela dit, on préfère Gosling dans La La LandBlade Runner 2049, ou First Man. Besoin de voir The Place Beyond The Pines.

Bande-Annonce :

Partager cet article

Repost0

Michael Kohlhaas

Publié le par Lulu Cineaddict

Michael Kohlhaas

Michael Kohlhaas est un marchand qui demande réparation après qu’on lui ait pris ses chevaux pour lui rendre maltraités et blessés. Il va payer le prix cher. En riposte c’est une armée qu’il va devoir monter pour se faire entendre. Cela ne sera pas sans conséquences.

Michael Kohlhaas est un film qui a pour thème l’injustice et est magnifiquement interprété par Mads Mikkelsen que l'on adore voir à Cannes. Le film a été présenté en compétition officielle en 2013. Le film est dans la lignée d’un Rob Roy ou d’un Braveheart. On aime la droiture et l’obstination de Kohlhaas. Le personnage de Mélusine Mayance apporte une grande humanité à Kohlhaas.La scène de la naissance du poulain est émouvante et tranche avec le reste du film. Chose amusante de voir Swann Arlaud travailler avec Mads qui parle en français ici pour notre plus grand plaisir. Le film est loin d’être tendre et son final laisse pantois et marque les esprits. Les projets de Mads Mikkelsen ne laissent jamais indifférent. Le casting est vraiment riche, intéressant, en jouant sur les différentes nationalités des acteurs. Un film au top.

Bande-Annonce :

Partager cet article

Repost0

Mommy

Publié le par Lulu Cineaddict

Mommy

Mommy c’est l’histoire de Diane qui doit composer avec son fils malade et ultra-violent. Elle voudrait que son fils puisse refaire sa vie, se reconstruire après qu’il ait brûlé un autre garçon. Y aura-t-il une rédemption ou une fin heureuse possible ?
Un combat de maman comme il doit en arriver bien souvent et qui tombe dans le silence. C’est très difficile d’assister à ça. Dolan a choisi un thème très sensible. Il y a la part de rêve qui vient adoucir le tout. La possibilité de sortie, elle est très justement incarnée par Kyla qui semble savoir y faire. Il y a une scène de danse sur du Céline Dion qui est mémorable et est signe d'apaisement et c’est un moment d’espoir où on se dit que tout est possible. Diane donne tout ce qu’elle a en faisant en plus un travail de traduction de livre d’enfant et des ménages pour payer les dommages causés par son fils.Mais Steve est malade et il suffit d’un rien pour que tout bascule. Steve est une bombe à retardement. Comment ça mère va-t-elle gérer la situation, là est toute la question. Va-t-elle baisser les bras ? La scène de karaoké sur Vivo per Lei est un crève cœur. Steve aura-t-il droit à sa seconde chance. L’accent canadien des acteurs donne une authenticité hors-paire au jeu des acteurs qui sont excellents. C’est tout simplement bouleversant. Dolan a fait un grand film très maîtrisé ! Chapeau l’artiste. Choisir un thème aussi difficile est un pari osé relevé haut la main. Ce n’est pas anodin. J’ai bien du mal à m’en remettre.

Bande-Annonce:

Partager cet article

Repost0

Café Society

Publié le par Lulu Cineaddict

Café Society

Café Society c’est l’histoire de Bobby qui décide de se faire un nom à Hollywood dans les années 30 avec l’aide de son oncle Phil. Très vite il va déchanter après une déception amoureuse et retourner chez les siens en acceptant une affaire avec son frère, gangster notoire, pour s’occuper d’un club.

Le film m’a laissée vraiment mitigée car il rend un bel hommage à l’âge d’or d’Hollywood en multipliant les références, il est par exemple question de Judy Garland. C’est plaisant, les décors et les costumes sont dépaysants, superbes. Le casting est top, mais par contre le scénario est faible avec ses triangles amoureux qui n’en finissent pas et ne séduisent pas. Le résultat est dommage. Woody Allen pourrait changer de types d’intrigues. Il échoue là où il a réussit son coup dans Un jour de pluie à New-York qui est charmant.

Bande-Annonce :

Partager cet article

Repost0

The Tree of Life

Publié le par Lulu Cineaddict

The Tree of Life

The Tree of Life, c’est l’histoire de l’enfance de Jack. C’est l’histoire de son cheminement spirituel et de sa perception de l’univers à travers ses questionnements et ses apprentissages et ce que lui ont transmis ses parents jusqu’a l‘âge adulte. 
Le film est à la fois un voyage spirituel très profond sur le deuil tout d’abord, puis sur ce qui nous amène à choisir une voie plutôt qu’une autre. C’est à la fois un cours de science de la vie et de la terre magistral complété d’une conversation avec Dieu. Il est question des croyances. On va vers une envolée onirique pleine de poésie. Il est question de la transmission des parents à leurs enfants. En dépit de toutes les épreuves et des erreurs commises, il est question de l’amour filial. Le film est d’une force insoupçonnée. Il va loin dans ce que peut-être une quête spirituelle et est vraiment intéressant. C’est un film à voir plusieurs fois pour bien le saisir. Il est complexe et c’est qu’il fait que pour moi c’est mon Brad Pitt préféré où on le voit jouer un père qui voit ses failles percées à jour par son fils. Et c’est un choc. Ce film m’a révélée pour la première fois Jessica Chastain, parfaite en mère remplie d’amour pour ses trois enfants. Un film splendide. Le casting impressionne. Une Palme d'or à Cannes en 2011 complètement méritée.

Bande-Annonce :

Partager cet article

Repost0

Hunger

Publié le par Lulu Cineaddict

Hunger

Hunger, c’est l’histoire vraie de Bobby Sands, prisonnier politique, terroriste, qui, en 1981, s’engagea dans une grève de la faim pour protester contre les conditions de détention des prisonniers.
Quel film ! Il prend aux tripes. Impossible de rester de marbre face à la violence. Ce film questionne indubitablement sur la part d’humanité dans l’inhumain.A Maze, c’est la grève de l’hygiène. On y voit l’impensable. Des murs peints aux excréments. Les prisonniers passés à tabac et dormant avec des asticots. La scène de la visite du religieux à Bobby est d’une grande intensité quand on se réfère à la détermination de Bobby. L’histoire du poulain est dévastatrice.
Le visage de Michael Fassbender est démoli par le maquillage, mais laisse encore entrevoir ses beaux yeux. On n’a pas envie de prendre partie pour l’horreur au sortir de ce qui fait penser à ce qu’on laisse comme trace lors de notre passage sur cette planète. On a juste envie d’être meilleur. Michael Fassbender est un fantastique acteur qui s’épanouit loin des blockbusters. Avec Steve McQueen, ils se sont bien trouvés ! Un tandem de choc brillant qui a déjà eu l’occasion de retravailler ensemble toujours avec succès. Rappelons que le film a eu la Caméra d’or à Cannes en 2008. Un grand film délivré par un immense réalisateur. Disponible sur Netflix en VO.

Bande-Annonce :

Partager cet article

Repost0

Parasite

Publié le par Lulu Cineaddict

Une famille au chômage trouve du travail chez la riche famille Park en mentant et se retrouve dans un engrenage catastrophique sans fin.

Le film qui a obtenu la palme d'or 2019 est efficace et tient en haleine jusqu'au bout pour savoir comment ça va se terminer pour la famille et ne déçoit pas. Cela va vraiment très loin. La scène de pluie torrentielle jusque dans les sous-sols est bien filmée. Les odeurs ont une importances capitale. Cependant je continue de penser qu'Almodóvar aurait du recevoir le prix au lieu de rentrer bredouille de manière injuste. Le grand prix du jury aurait suffit à "Parasite".

Image : Allociné

Image : Allociné

Partager cet article

Repost0

Douleur et Gloire

Publié le par Lulu Cineaddict

"Douleur et Gloire" raconte l'histoire de Salvador Mallo, réalisateur en mal d'inspiration. Il passe en revue ses souvenirs d'enfance en tentant de faire le deuil de sa mère, se bat contre la dépression, les douleurs de dos, les migraines, et une gène à la gorge qui le conduit vers des  étouffements. Il reprend contact avec un de ses acteurs qui lui fait goûter à l’héroïne et lui fait retravailler un texte sur l'addiction. Le résultat sera une pièce de théâtre qui va le mener à revoir un ancien amour. La créativité n'est plus loin.

Le grand retour de Antonio Banderas qui se voit offrir un bien joli rôle par Pedro Almodóvar et grandement inspiré de Pedro Almodóvar lui-même ! Tout un univers . On aime la caverne magnifique dans laquelle Salvador va se retrouver et son appartement, plus vieux qui est inspiré lui aussi de celui de Pedro Almodóvar. Penelope Cruz est géniale en mère pauvre combattante. Le personnage de Salvador est touchant dans sa relation avec sa mère, en regrettant de ne pas avoir pu respecter ses dernières volontés. "Douleur et Gloire" est un grand Almodóvar et on espère qu'il sera récompensé comme il se doit à Cannes. Allez, un petit prix pour Pedro et Antonio !

Image : Allociné

Image : Allociné

Partager cet article

Repost0

1 2 > >>