Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

278 articles avec cinema

La poursuite impitoyable

Publié le par Lulu Cineaddict

La poursuite impitoyable

Bubber Reeves s’est échappé de prison et est accusé de faits qu’il n’a pas commis par l’opinion publique. Le shérif Calder, convaincu de son innocence, va mettre en œuvre tout ce qu’il est possible de faire pour éviter que la situation ne vire au drame. Le problème est qu’il se trouve bien seul contre toute une population. Le soutien des Rogers et d’Anna sera-t-il suffisant ?

Un film des années 60, qui me paraît encore criant d’actualité puisqu’il parle d’injustice, de condamnation à tort, sur toile de fond de la ségrégation sur les personnes noires. Le triste constat est que la société n’a pas tant évolué depuis le temps et que cela fait naître un sentiment de révolte. On a droit à un grand casting, avec un grand Brando qui joue un personnage aux belles valeurs à défendre. C’est un film important. 

Bande-Annonce :

Partager cet article

Repost0

Serpico

Publié le par Lulu Cineaddict

Serpico

Franck Serpico, policier, se fait tirer dessus et le film nous raconte toute son histoire, et son intégrité pour lutter avec peu de moyens contre un système pourri jusqu’à la moelle.

Un film avec un Al Pacino comme on les aime. Je n’ai pas vu Le Parrain, mais on adore le côté bon samaritain de Franck qui est fidèle à lui même coûte que coûte. Bien plus gratifiant à mes yeux qu’un rôle dans Le Parrain qu’on a du mal à avoir envie de voir pour l’instant. On est scotché par les tournures que prend l’enquête et qui vont très loin. On a l’avantage de la suivre sur plusieurs années et l’ont voit l’impact que le métier a sur sa vie privée du protagoniste avec tous les risques qu’il encourt. Le plus dur est que très rares sont les personnes à qui il peut se fier. En refusant de prendre part aux affaires de ses collègues et l’argent qui lui est proposé, Serpico se met de plus en plus à mal. Le résultat est haletant et remarquable et donne envie de se plonger plus au coeur de la filmographie du grandiose Al Pacino que l’on affectionne par-dessus tout dans la mini-série Angels in America. Serpico fait du bien je trouve, par son côté optimiste malgré tout qui le rend précieux. Pacino joue avec son apparence (modifiée à de multiples reprise avec bonheur). Un très grand film à recommander chaudement.

Bande-Annonce :

Partager cet article

Repost0

My Own Private Idaho

Publié le par Lulu Cineaddict

My Own Private Idaho

My Own Private Idaho raconte le périple de Mike, gay, narcoleptique, gigolo, toxicomane, perdu, errant sans domicile fixe à la recherche de sa mère renommée pour sa dangerosité et entouré de personnes dans la même situation, tout en étant proche de Scott, fils de maire en attente d’un héritage et Bob.

On ressort un peu chamboulée par cette histoire tintée de touches glauques avec les travers des clients et surtout avec le passé le Mike lorsqu’il révèle la véritable identité de son père et où l’on est sous le choc avec un grand malaise. Le film est fort pour créer les sensations de malaise. Par contre là où l’on s’amuse c’est bizarrement, dans les jeux avec le personnage de Bob qui prête à sourire et qui émeut aussi. L’histoire de Scott est forte également.

River Phœnix et Keanu Reeves s’éclatent  tout simplement et c’est un bonheur de les voir jouer ensemble mais ça rend le film encore plus triste maintenant que l’on sait que River aurait dû fêter ses 50 ans il y a peu. C’est en même temps un pur plaisir de voir Keanu Reeves jouer magistralement comme au théâtre avec un registre de langage soutenu. On l’adore depuis Point Break mais on aimerait le voir jouer dans des films plus indépendants plutôt que dans des grosses productions à l’avenir. Je pense Keanu Reeves sous-estimé. Et on adore la réputation de cœur en or qu’il a. Il mérite le meilleur.
J’avais envie de rendre hommage à River Phœnix parce qu’il le mérite. Fauché par la mort, alors que tant de belles choses s’offraient à lui ... J’ai envie de le voir dans À bout de course maintenant. My Own Private Idaho est un grand Gus Van Sant.

Bande-Annonce :

Partager cet article

Repost0

Manchester By The Sea

Publié le par Lulu Cineaddict

Manchester By The Sea

Lee voit sa vie chambardée au décès de son frère Joe, alors qu’il était déjà fragilisé par un incident dramatique qu’il n’a jamais pu surmonter. Il doit dorénavant s’occuper de son neveu de 16 ans, Patrick avec qui il s’entend plutôt bien. Va -t- il trouver en lui les ressources pour veiller sur lui jusqu’à la majorité  conformément aux vœux de son défunt frère ?

Un film bouleversant avec un Kyle Chandler touchant de bonté et avec un Casey Affleck impressionnant qui montre toute l’amplitude de ce dont il est capable. On est ému par l’instabilité de Lee qui a beaucoup de choses pour lui mais c’est un homme brisé. La relation qu’il entretient avec son neveu est attendrissante parce qu’on sent les capacités qu’il a à l’accompagner dans son cheminement en tant que futur adulte mais des freins subsistent. La situation est complexe. Lee est pris au piège de ses propres démons d’un passé qu’il ne peut pas oublier et dérape parfois sans pour autant en faire quelqu’un de mauvais dans le fond. Cela rend les personnages attachants avec une fin particulièrement intéressante avec sa façon d’être tournée. Un très bon film, tragique, mais très bon. On est pris par la bande-originale de Lesley Barber.

Bande-Annonce :

Partager cet article

Repost0

Si Beale Street pouvait parler

Publié le par Lulu Cineaddict

Si Beale Street pouvait parler

Dans les années 70, Fonny, 22 ans et Tish, 19 ans, voient leur histoire contrariée lorsque Fonny est accusé d’un viol qu’il n’a pas commis parce qu’il est noir alors qu’il a un alibi et que le sort s’acharne sur Fonny. Comment leur amour va résister à cette dure et injuste épreuve, c’est ce que nous conteSi Beale Street Pouvait Parler.

Le sujet du film peut paraître très  dur mais il est important de parler des injustices du système et c’est abordé ici avec une extrême délicatesse. Tish et Fonny sont dans leur bulle et on les accompagne dans leur combat en assistant à l’impuissance de Fonny, dépassé par ce qu’il lui arrive. Mais l’amour est là, toujours, magnifique, avec des échanges de regards d’une douceur que tout le monde devrait avoir le droit de connaître. Il y a le combat de Tish qui doit vivre sa maternité seule mais aidée tout de même par sa famille aimante. KiKi Layne et Stephan James incarne la poésie et la finesse magistralement. La musique participe parfaitement à la magie en invitant le téléspectateur dans une vraie bulle de douceur. Dans les musiques, en plus de celle de Nicholas Britell, on retrouve le John Coltrane Quartet et Nina Simone. Un film majestueux capital pour dénoncer les iniquités. Indispensable.

Bande-Annonce :

Partager cet article

Repost0

Le défi du champion

Publié le par Lulu Cineaddict

Le défi du champion

Le Défi Du Champion, c’est l’histoire d’une rencontre entre un footballeur de l’AS Roma, Christian et son professeur, Valerio, qui vont se trouver après avoir à composer avec un passé douloureux pour tous les deux.

Le film n’en n’a pas l’air mais il est très touchant une fois que l’on a passé les clichés du sportif riche et rebelle et qui a des ressources qui ne demandent qu’à être exploitées à bon escient et qui va devoir passer son baccalauréat pour faire passer ses frasques. Son équipe embauche Valério qui va chercher pour lui la bonne méthode d’apprentissage et changer sa vision de voir le monde en lui apportant l’attention qu’il mérite. 

Le passé des personnages apporte une réelle profondeur à l’histoire qui est servie par un duo d’acteurs qui s’est bien trouvé. On affectionne Stefano Accorsi depuis Romanzo Criminale et Tous les soleils. C’est un bonheur de le suivre. Et Dans Le Défi du Champion il y a la démonstration de l’importance de l’adaptabilité de tous dans l’enseignement et le message est capital me semble-t-il. Un beau film qui fait du bien et il est surprenant, plein de sensibilité dans un monde où on est vite dépassé. À conseiller aux futurs sportifs et aux décrocheurs scolaires, aux équipes éducatives. 

Bande-Annonce :

Partager cet article

Repost0

Light Of My Life

Publié le par Lulu Cineaddict

Light Of My Life

Light Of My Life c’est l’histoire d’un père et sa fille, Rag, qui doivent lutter pour leur survie alors qu’il n’y a plus de femmes, puisqu’elles sont mortes de la peste féminine. Le père de Rag va-t-il tenir sa promesse de veiller sur sa fille coûte que coûte ?

Nous avons là notre plus gros coup de cœur de l’année, pour l’instant parce que  Casey Affleck à la réalisation et à l’écriture du scénario, cela fait des merveilles. C’est tellement bien écrit. Les histoires que le père et la fille se racontent avec Goldie avant de dormir sont fortes. Les personnages sont adorables avec ce père plein d’amour pour la prunelle de ses yeux et sa fille qui grandit et développe son caractère sous la bienveillance de son père qui n’a de cesse de faire preuve de prudence et réflexion tout au long de ce qu’ils appellent leur aventure.

On voit tout l’art que c’est que celui de la négociation. Le film est prenant et on n’a qu’une envie c’est de continuer de les voir évoluer. C’est un magnifique film sur l’amour paternel. Il fait beaucoup de bien. Casey Affleck ne mérite hors et déjà pas un mais plusieurs Oscars avec tout le travail qu’il a accompli et qui nous tient en haleine tout du long. Et Anna Pniowsky montre qu’elle est une actrice d’une grande trempe. L’enjeu était de taille pour pouvoir tenir tête à Casey Affleck, même si la relation père-fille abordée va au-delà. À conseiller à tous les parents et pourquoi pas, à voir en famille pour trouver l’inspiration pour instaurer le dialogue. Personnellement, je trouve le film époustouflant.

Bande-Annonce :

Partager cet article

Repost0

Greenland

Publié le par Lulu Cineaddict

Greenland

Une comète du nom de Clarke s’apprête à détruire majoritairement la planète Terre, et une famille est sélectionnée pour se protéger dans un bunker, en étant menée à rude épreuve pendant tout son périple.

Greenland est la bonne surprise de l’été parce qu’on est dans les aventures de familiales. Le casting forme une famille idyllique sous les traits de Gérard Butler, Morena Baccarin, et Roger Dale Floyd. On est pris dans l’histoire car il y a la course pour retrouver les médicaments du petit qui est diabétique et que la famille se retrouve rejetée de l’avion car les malades n’ont pas accès à l’avion. Séparés, ça va être la course pour la survie. Vont-ils se retrouver et atteindre le Groenland ? C’est comme cela qu’on aime retrouver Gérard Butler qui est vraiment au top dans une production qui le met en valeur, aux  effets spéciaux soignés.

Bande-Annonce :

Partager cet article

Repost0

Maudie

Publié le par Lulu Cineaddict

Maudie

Maudie  est le récit de la vie de la peintre Maud Lewis de Nouvelle-Écosse, dans le Canada, atteinte de polyarthrite rhumatoïde, au départ spécialisée dans les cartes de Noël, elle peindra sur tous les supports possibles de sa maison qui fera l’objet d’un musée, alors qu’elle et son mari vécurent pauvrement.

L’histoire de Maud est frappante au plus haut point. Le film raconte l’histoire de sa rencontre avec son mari Everett, peu commode à la base, et rencontré alors qu’Everett cherchait par annonce déposée dans un magasin : une femme avec son nécessaire de nettoyage.

Le plus beau dans le film, c’est de voir comment va évoluer leur relation qui commence de manière catastrophique pour se transformer en amour véritable. Ce qui est touchant aussi dans le film, c’est la fragilité de Maud (sa force aussi),  c’est aussi de voir la façon simple avec laquelle Maud voit le monde au point qu’elle bouleverse. Il y a tellement de bonté en elle. Sally Hawkins nous dépeint le portrait de quelqu’un à la valeur inestimable. Maud Lewis se contentait de peu. Ses derniers mots nous transportent. Ethan Hawke surprend en jouant un Everett Lewis à double facette à la fois rude et rebutant à la limite du supportable lorsqu’il la traite pire qu’ une chienne, tout en se montrant déconcertant, adorable la seconde d’après. Il y a aussi l’histoire avec la fille de Maud qui remue beaucoup.

Ravie d’avoir pu connaître une artiste par le biaide ce film car Maud Lewis vaut vraiment le coup qu’on s’intéresse à elle. Ses peintures de chats sont mignonnes. En plus le film est servi par un tandem d’acteurs brillants.

Bande-Annonce :

Partager cet article

Repost0

Before Midnight

Publié le par Lulu Cineaddict

 Before Midnight

Before Midnight s’inscrit dans la trilogie des Before en nous permettant de retrouver Jesse et Céline mariés et parents de jumelles. Ils sont en vacances chez des amis et se voient offrir une escapade à deux qui est quelque peu tourmentée car Jesse veut trouver un moyen de se rapprocher de son fils de peur de le perdre. Céline pense au divorce et pense que son histoire avec Jesse se termine. Jesse saura-t-il trouver les mots qu’il faut ?

Avec Before Midnight on retrouve donc la collaboration de Julie Delpy et Ethan Hawk avec Richard Linklater, les deux acteurs ont également participé à l’écriture du scénario et cela nous fait se rendre compte de leur grande implication dans leur rôle. Le rendu est unique et remarquable . Cela fait qu’on retrouve les personnages avec d’autant plus de plaisir et que l’on place dorénavant Richard Linklater sur un pieds d’estal. Quel bonheur ce doit être de pouvoir développer des personnages à souhait au fil des ans. C’est un exercice ambitieux et qu’on affectionne. C’est magnifique. La Grèce donne des décors idylliques. Jesse aime Céline de la plus belle des façons (telle qu’elle est) et puis il y a le fameux moment de la lecture de la lettre. Juste splendide. Il paraît qu’une suite serait prévue. On l’attend déjà. avec impatience. Pour patienter, je rattraperai Blaze.

Bande-Annonce :

Partager cet article

Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>