Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

3 articles avec tom schilling

Lara Jenkins

Publié le par Lulu Cineaddict

Lara Jenkins

Lara Jenkins raconte une journée bien spéciale dans la vie de son héroïne puisqu'il s'agit de la journée de son soixantième anniversaire. Le film raconte comment elle tente de joindre son fils, Viktor, parce qu'elle aimerait le voir pour discuter avec lui avant son concert du soir. Lara est une fonctionnaire à la retraite. Ses rapports avec son fils sont quelque peu tendus à cause de ses exigences mais il y a également beaucoup d'amour fraternel entre les deux qui ont une relation complexe.

Lara a un passé avec des épreuves qui ont pesé lourd dans son état psychologique. Mais ce soixantième anniversaire va être l'occasion de mettre les choses au clair. Viktor est à la fois un pianiste et un compositeur de génie. Sans doute est-elle un peu jalouse de sa réussite personnelle à laquelle elle n'a pas eu droit. Lara est à la fois odieuse et attachante et sa rencontre avec son ancien professeur de piano va bouleverser pas mal les choses. Son personnage est vraiment intéressant même si personnellement, comme on adore Tom Shilling, on aurait aimé une histoire centrée sur Viktor Jenkins. Jan-Ole Gerster a une nouvelle fois choisi le développement de l'intrigue sur une journée et ça lui réussit tout autant que dans Oh Boy qui est déjà magistral. On aime toujours autant le cinéma allemand qui nous réserve des pépites. Tom Shilling est vraiment fantastique même si on ne le voit que rarement. Les scènes mère-fils sont intenses et les scènes au piano particulièrement réussies. La musique est magnifique. On prend goût à de belles mélodies. Corinna Harfouch est franchement remarquable. On adore le fait de trouver Il jouait du piano debout de France Gall dans les musiques. Cela prend beaucoup de sens et de force après coup.

On aimerait se battre pour l'accessibilité du cinéma allemand en France qui je trouve n'est que rarement distribué et souvent en VO. J'estime que la VO dans le cas du cinéma allemand est à la fois d'une importance capitale et un désavantage pour ceux qui ne connaissent pas la langue et peut-être un frein à la découverte de l'oeuvre par un grand nombre de spectateurs et donc au succès. Lara Jenkins mérite de trouver son public au plus grand nombre. A quand une diffusion des grands succès du cinéma allemand et en français sur Netflix, par exemple ? On en rêve ! On en demande !

Copyright Frank Griebe Schiwago Film

Copyright Frank Griebe Schiwago Film

Bande-Annonce :

Partager cet article

Repost0

Oh Boy

Publié le par Lulu Cineaddict

Une journée dans la vie de Niko Fisher où tout va de travers, alors qu'il ne souhaite qu'une chose : boire tranquillement son petit café.

Cela commence par une dispute avec sa copine qui aurait aimé qu'il reste plus longtemps, ça continue avec un rendez-vous pour confirmer son retrait de permis pour abus d'alcool et une rencontre avec Julika, une ancienne camarade de classe dont il se moquait parce qu'elle était trop grosse. Ça se poursuit avec son père qui lui coupe les vivre parce que cela fait bientôt deux ans qu'il ère à ne rien faire après avoir interrompu ses études de droit et ça va ainsi de suite mais cela va crescendo jusqu’à sa rencontre avec une personne plus âgée dans un bar qui va le bouleverser profondément.

Le film est vraiment une petite pépite qui est magnifiée par le noir et blanc. La bande originale, très jazzie dynamise le tout. Tom Schilling est vraiment remarquable (il était sensationnel dans L'Oeuvre sans auteur et c'est pour cette raison que nous sommes revenu sur son premier succès qui date de 2013)  et dorénavant nous aurons un œil sur sa filmographie. La photographie dans le film a un rôle essentiel qui participe à sa qualité. Une bonne découverte qui donne envie de visiter Berlin.

Image : Allociné

Image : Allociné

Partager cet article

Repost0

L'oeuvre sans auteur Parties 1 et 2

Publié le par Lulu Cineaddict

Dresde,1937. Kurt, dès le plus jeune âge est encouragé par sa tante Elisabeth à dessiner et va avec elle a une exposition sur l'art dégénéré dans une Allemagne nazie. Une de ses grande blessure sera que sa tante aura perdu la tête et, atteinte de schizophrénie, elle sera conduite à la chambre à gaz. Entre temps Kurt va travailler son art et faire des pancartes. Il sera soutenu pour étudier l'art. Il va exceller dans le réalisme socialiste et va rencontrer Ellie qu'il va aimer passionnément. Le père d'Ellie (qui n'est autre que celui qui a ordonné l'exécution d'Elisabeth) désapprouve leur couple et va la pousser à avorter. Sentant le vent tourner, Kurt et Ellie vont décider de passer à l'ouest, là où l'artiste va devoir se trouver pleinement.

Le film bouleverse et a beau durer 3 h en comptant les deux parties, on ne s'ennuie pas une seconde. Tom Schilling est magistral dans son rôle qu'il a l'occasion de développer à souhait car l'action de passe sur une trentaine d'années, ce qui rend la chose encore plus intéressante vu que l'on tient compte des bouleversements historiques en Allemagne. L'histoire d'amour de Kurt et Ellie est forte et magnifique. C'est un plaisir de voir Kurt se réaliser à la fin dans le photoréalisme et la réaction du personnage du Professeur Seeband quand il voit les oeuvres de Kurt explique tout. Les costumes sont magnifiques. Les décors. Les bus. Le film a été parmi les nommés pour l'Oscar 2019 du meilleur film étranger et également pour les Golden Globes ! On ne comprend pas pourquoi le film n'a pas remporté de statuettes. Il figure désormais en pole position parmi mes plus grand coups de coeur de l'année. Pour les amoureux de l'Art. J'aime de plus en plus le cinéma allemand.

Image : Allociné

Image : Allociné

Bande-Annonce du film

Partager cet article

Repost0