Bright Star

Publié le par luluninette

de Jane Campion

Bright Star

L'histoire :

La relation contrariée de Fanny Brawne et du poète romantique anglais John Keats décédé prématurément de la tuberculose à l'âge de 25 ans en 1821.

Bright Star

Mon Avis:

Attention, énorme coup de coeur. Mon petit bonheur cinématographique de ce début d'année. On ressort sous le charme de cette parenthèse enchantée pleine de délicatesse qui donne l'occasion d’en connaître un auteur méritant, qui n'est pas forcément bien connu du grand public. J'ai découvert ici même Keats grâce à Jane Campion et compte bien en savoir plus sur cet auteur qui avait un vrai talent pour jouer avec la musicalité des mots. Il faut dire de l'accent cockney de Abby Cornish et Ben Whishaw (Deux noms à retenir et à suivre, et plus particulièrement celui de Whishaw, cet acteur est un vrai petit génie, qui, depuis Le Parfum se fraye une réputation sûre et solide, irréprochable dans la haletante mini-série Criminal Justice diffusée l'été dernier sur Canal +) rajoute aussi du sel à la VO. Jane Campion réussit à recréer un espace temps dans lequel le spectateur se bien, c'est à dire, la propriété des Brawne. On aime les scènes ou Brown, Brawne et Keats expriment leurs différents. Le point de vue de Jane Campion, focalisé sur le personnage de Fanny est certes intéressant, mais connait  un certain revers de médaille pour ceux qui cherchent à connaître l'auteur. Les allusions à son enfance et à sa période italienne sont trop brèves, même si l'accent est mis sur la magnifique correspondance entre les deux amoureux. Les toilettes, les paysages, les décors, la scène de capture de papillons, les échanges de lettres sont sublimes. Les amoureux des mots seront conquis. Whishaw interprète avec raison un Keats fin, lumineux, gracieux, facétieux, drôle, à l'image de la ballade chaperonnée par le frère et la soeur de Fanny, ou du repas qui à lieu à la Noël et moins sombre que l'on aurait pu le penser. Abby Cornish est forte de son naturel, qui fait plaisir en comparaison d'autres actrices ravagées par les coups de bistouris. On aime le côté académique, soigné et peaufiné, noble de ce film tout en souhaitant revoir Whishaw reprendre son rôle dans une version ou la vie de Keats serait plus détaillée.

Bright Star

Ben Whishaw

John Keats

"La Beauté est Vérité, la Vérité Beauté. - C'est tout ce que l'on sait sur terre, - Et c'est tout ce qu'il faut savoir."

Ode sur une Urne grecque , John Keats

La Bande Annonce Française de Bright Star :

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

dasola 14/06/2010 17:07

Rebonjour, je m'attendais vraiment à autre chose, une histoire plus émouvante (oui, oui). Et puis faire entendre Keats en générique de fin quand tout le monde se lève, c'est dur. Bonne fin d'après-midi.

Platinoch 16/01/2010 17:38

Je partage tout à fait ta belle critique. Jane Campion signe le premier grand film de l'année, qui est également mon premier (gros) coup de coeur de 2010. Et le couple de jeunes comédiens est extrêmement touchant.
Et félicitations pour ton blog que je viens de découvrir par hasard et que je trouve très bien fait et très intéressant;)
Bonne continuation!