Paris Je t'aime

Publié le par luluninette

Un peu, beaucoup, passionnément !!!!    
  
Paris je t'aime, est une série de courts-métrages qui raconte des petites romances de quartiers. Bon, d'accord, il s'agit d'Amour mais, ce projet sans prétention ne tombe pas dans la niaiserie ou la médiocrité.
 
Le casting est de très très bonne qualité. Ainsi, les duos les plus improbables  se forment pour l'occasion ! On peut voir Ludivine Sagnier jouer la fille de Nick Nolte ou encore Gaspard Ulliel tourner sous la houlette de Gus Van Sant. Julie Bataille  doit y embrasser Steve Buscemi. Dieu y prend les traits d'un cow boy nommé Wilhem Dafoe et y visite Juliette Binoche. Mieux encore, chez Wes Craven, Oscar Wilde hante le Père Lachaise pour aider les amoureux à trouver les mots qu'il faut. Nathalie Portman y joue une apprentie comédienne. Dommage que Gael Garcia Bernal n'est pas été retenu alors qu'il était pourtant bel et bien annoncé ! 
 
Un de mes courts favoris est celui du quartier de la Madeleine par Vicenzo Natali avec Elijah Wood qui a beaucoup de mordant propulsé dans un univers ultra-moderne à la Blade ou Sin City qui tranche une musique de film ultra-classique.
 
Quand les pros du long se mettent au cours, on en prend plein les yeux et tout le monde a moyen d'y trouver satisfaction, avec tant de diversité et de talents. La musique y tient une place capitale grâce à une BO efficace.
 
Il y a un curieux sentiment de légerté qui ressort au final. Un de mes coups de coeur de cette année. 
 
A découvrir et à expérimenter !
 
Il paraît que le même exercice de style est prévu pour la ville de New-York et Tokyo ...  
 
 



Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Matcheu 02/07/2006 00:35

Personnellement, je suis assez mitigé sur l'ensemble.
Mais c'est vrai qu'il y a de bonnes choses. Mon coup de coeur va au court des frères Cohen, dans la station de métro. Il y a quelque chose d'une fable dans les quelques minutes de l'action, presque un rêve, avec juste ce qu'il faut de surréalisme, j'adore!